• culture et la tradition
  • 25 mai, 2023

Homestay – Une alternative d’hébergement

Homestay – Une alternative d’hébergement

Les « Homestay » peuvent être perçus comme une bien meilleure alternative qu’un hôtel. Elles offrent aux touristes une merveilleuse expérience culturelle et un regard sur la vie quotidienne de la population locale. 

Le tourisme communautaire (avec des homestays) est devenu très populaire au Népal. En 2011, pendant le « Nepal Tourism Year » (NTY), il a été constaté qu’il y avait environ 26,000 lits dans 669 hôtels déclarés et que si un millions de touristes venaient visiter le Népal, comme espéré, il y aurait une pénurie de 800 lits par jour. Par conséquent, même si le NTY de 2011 n’a pas eu autant de visiteurs qu’attendu, il y a eu un élan d’initiatives, tel que le développement des « Homestays » dans différentes parties du pays, ou encore le développement de nouvelles destinations touristiques.

Les « Homestay » au Népal sont souvent localisées dans des petits villages à la campagne où la vie est simple et repose sur l’essentiel : une pause rafraîchissante, loin des tumultes de la vie en ville. Le conseil du tourism nepalais a mobilisé les comités du développement des villages (VDCs – Village Development Committees), les comités du développement des districts ( DDCs – District Development Committees) et les localités coopératives afin d’installer des infrastructures pour les « homestays » et de proposer des formations pour devenir famille d’accueil (une Homestay).

Au Népal, il y a principalement deux différents types de « Homestay » : communautaire et privé. On attend des familles d’accueil qu’elles offrent aux invités un réel aperçu de la culture locale, en proposant le type de plats que la famille mange habituellement, en faisant visiter le village et partager des moments de vie quotidienne. La Homestay doit être propre, avoir des infrastructures sanitaires, toilette et salle de bain, et, en retour, il est attendu que les touristes soient respectueux des coutumes locales et qu’ils s’habillent de façon appropriée.

Sirubari et Ghalegaon ont été parmi les premiers villages à implanter des homestay. Suite à cela, de nombreux autres villages ont suivi avec l’appui du DFID (Department for International Development – Department pour le développement international), de l’UNDP (United Nation Development Program – Nations unis de développement de programmes), de SNV et de GTZ (German Technical Cooperation – Coopération Technique Allemande) par exemple, permettant de développer le tourisme dans cinq régions. Kavrepalanchok a maintenant plus de 26 « Homestay » communautaires déclarées. Chitwan en a au moins 10 et Makwanpur et Nuwakot en ont environ une douzaine. Gorkha, Ilam, Palpa, Syangja, Kailali et Kalikot ont aussi des programmes avec des « homestays ».

WWF travaille auprès des communautés des villages pour développer des initiatives similaires à Bardiya, proche du parc national dans le Terai. Un autre projet, dans les Annapurnas, a vu Mahabir Pun travailler avec les communautés d’où il est originaire pour mettre en œuvre du tourisme communautaire. Pun est l’un des vainqueurs du prix Magsaysay, il a connecté les villages au monde, avec la technologie du sans fil. Il a également développé des logements communautaires et des « homestays » dans les villages, pour aider les communautés à être plus autonomes. L’objectif est principalement de créer des emplois et des opportunités, afin de valoriser la population locale et de donner une meilleure chance de scolarisation aux enfants.

Programme de management de déchet durable

Ailleurs, dans l’Himalaya, le tourisme chez l’habitant n’est pas nouveau. A Sikkim, Yuksam est un village proche de la montagne sacrée, le Mont Kanchenchunga. Ici, le comité de conservation de Kanchenchunga (KCC – Kanchenchunga Conservation Committee) n’a pas seulement travaillé avec des familles pour développer des « homestays » mais aussi pour construire un programme de gestion des déchets  « viables », dans lequel les déchets sur les chemins de randonnées sont ramenés aux villages pour être recyclés ou éliminés. WWF et KCC cherchent aussi à encourager l’utilisation des panneaux solaires, au lieu de brûler du bois et ils sont en train de chercher à équiper des « homestays » et des hôpitaux locaux avec des panneaux solaires.

A côté du Népal, Sikkim est le seul État Indien avec une majorité d’ethnies népalaises. Tout comme au Népal, il y a 10 autres langues officielles parlées, incluant des langages d’ethnies népalaises ainsi que le Lepcha et le Bhutia. Cet État est un des lieux les plus spirituels de l’Inde et il garde un lien fort avec le Bouddhisme. Près de quarante pour cent de l’Etat de Sikkim est recouvert de forêt, et est considéré comme un des endroits le plus intact et parfait en Inde.

Sikkim-Famille d’accueil. 

De même, du côté de l’Himalaya indien à Ladakh, les « homestays » sont certainement les plus anciennes et durables. Les maisons des habitants des villages accueillent et hébergent avec succès, des visiteurs qui randonnent d’un endroit à un autre, dans le cadre de parcours pouvant durer de deux-trois jours à une semaine ou plus.

Rester avec une famille en tant qu’hôte dans une « homestay » est une excellente manière de connaître en profondeur un pays et ses habitants et surtout, une expérience inoubliable.

  • Leave a reply

  • Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *