• Aventure
  • 16 juin, 2020

Le merveilleux trek de Rara-Phoksundo

Le merveilleux trek de Rara-Phoksundo
View from the top of Murma. Photo: Alex Kotovenko

Il y a tant des «treks commerciaux» au Népal, avec tous les équipements nécessaires fournis, que j’ai beaucoup apprécié un trek différent et fascinant qui ne nécessite pas trop de préparation, de fortes capacités physiques ou beaucoup d’argent. Je parle du trek Rara-Phoksundo, qui est une promenade étonnante à travers la nature vierge népalaise.

À mon arrivée à Rara, j’ai choisi de séjourner dans une maison d’hôtes locale et j’ai rapidement commencé à explorer les alentours. Mon logement était très proche du point de vue Murma Top (3.692 m). Après seulement 20 minutes de marche, j’ai eu une vue qui sur le lac à couper le souffle.

En marchant dans le sens des aiguilles d’une montre autour de Rara, vous trouvez un village local qui a été transformé en complexe hôtelier et est le siège du parque Rara. Ici vous devrez payer vos frais d’entrée si vous ne l’avez pas fait à l’Office du Tourisme à Katmandou. Les responsables du parc vous permettent poser une tente gratuitement dans les zones de camping. Dans ces zones vous pouvez également utiliser les toilettes et les salles de douche. Pour la nourriture vous pouvez soit manger dans des maisons d’hôtes locales, soit acheter un repas à l’hôtel.

The Spectacular Rara-Phoksundo Trek

Photo: Vallée de Mugu. Photo: Alex Kotovenko

Lors de la randonnée vers Phoksundo, nous parcourions généralement environ 20-25 km par jour. Le programme de la journée était répétitif. Je me réveillais à 5h du matin et mon ami une heure plus tard. On partait sans déjeuner. Après 2-3 heures de marche, on retrouvait une maison de thé où on prendrait une bouchée. On prenait notre temps pour le déjeuner, environ 2 heures, pour éviter aussi de marcher dans la plus grande chaleur de la journée. Le soir on cherchait une maison d’hôtes pour dîner et passer la nuit. 

The Spectacular Rara-Phoksundo Trek

Photo: Kagmara La. Photo: Alex Kotovenko

Il y avait deux points de vue particulièrement beaux sur le chemin de Jumla: à Ghurchi Lagna près de l’entrée du parc Rara, et à Khali Lagna, avant de descendre vers la ville de Jumla. Nous avons passé une nuit dans cette ville. Ici nous avons ramassé des sacs de pommes et de noix bon marché pour grignoter.

Depuis Jumla, notre objectif était d’atteindre Maure Lagna (3.894 m) en deux jours. Ce que nous avons remarqué fût que plus nous nous éloignons de Jumla vers l’est, plus nous il y avait une présence de la culture bouddhiste et moins de celle hindouiste.

Les larges maisons en argile à toit plat qu’on pouvait observer sur les pentes vertes en terrasses de Mugu ont été remplacées par des maisons individuelles de forme carrée en pierre et surmontées d’un toit à pignon. Les drapeaux de prière sur ces toits flottaient comme des voiles symboliques de la foi bouddhiste. Des piliers bizarres, sculptés avec des visages d’hommes se dressaient au carrefour des villages, à l’entrée des maisons et même sur les toits. Durant une journée de marche, nous étions lentement submergés dans une culture entièrement différente.

Lac Phoksundo. Photo: Alex Kotovenko

Après une nuit sur un chemin Maure, nous sommes descendus à Kaigaon, un grand village ayant un temple bouddhiste. Ce point était un seuil symbolique avant le chemin de Kagmara La, le point culminant de notre randonnée (5.115 m).

Cette nuit-là, nous sommes restés à Kaigaon, puis sommes descendus au village de Pungmo le lendemain, où nous avons vu le désert de sable de haute altitude se transformer à nouveau en pentes verdoyantes. L’environnement est devenu très différent de celui de Mugu. Des montagnes au chapeau blanc neigeux, couvertes de glaciers, sont apparues. Le vent a également changé: les respirations douces de Mugu se sont transformées en rafales humides de Dolpa.

Le lendemain, nous avons vu notre deuxième lac. Phoksundo est une large étendue d’eau bleue entre les roches grises. Plus vous vous en approchez, plus il semble surréaliste, comme une photo photoshopée! Mon cerveau avait du mal à enregistrer tout la beauté de l’endroit qui paraissait prit du science-fiction.

Nous avons passé deux jours complets dans la zone de camping de Phoksundo. Nous avons fait deux courtes promenades le long des deux côtés du lac, mais nous étions trop épuisés pour atteindre le camp de Phoksundo Khola (le chemin vers le haut Dolpa).

Nous avons passé deux jours à retourner à l’aéroport de Juphal, où nous avons dû attendre plusieurs jours pour notre vol vers Nepalgunj. En effet, en octobre, des nuages ​​de pluie sont venus du bas Dolpo, empêchant les vols. Mais finalement, un vol de 35 minutes nous a ramenés du pays des merveilles de la randonnée Rara-Phoksundo au monde «réel» des routes, des voitures, des magasins et de l’électricité.

Article d’Alex Kotovenko.

  • Leave a reply

  • Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *