• Non classifié(e)
  • 16 juin, 2020

Le Tour du Manaslu: Tout ce qu’il faut savoir sur cette randonnée d’aventure

Le Tour du Manaslu: Tout ce qu’il faut savoir sur cette randonnée d’aventure
Photo by Alison Spencer

Dans la région de Gorkha se situe un trek souvent négligé mais incroyablement beau: le Tour du Manaslu (ou Circuit du Manaslu). De la richesse culturelle aux panoramas montagneux en passant par l’endurance physique, il offre aux visiteurs tout ce qu’ils peuvent souhaiter d’une vraie aventure himalayenne.

Ouvert aux randonneurs en 1991, le sentier suit ce qui était autrefois une route de commerce du sel tout au long de la rivière Burhi Gandaki. D’une durée de 14 à 17 jours et couvrant environ 177 kilomètres, la randonnée porte le nom du 8eme plus haut sommet du monde, le Manaslu. Également connu sous le nom de “Montagne des esprits”, le Manaslu occupe une place particulièrement spéciale pour les Népalais, car il s’agit de l’un des trois sommets de 8 000 mètres situés entièrement à l’intérieur des frontières du pays.

Le Permis

Avec la création de la zone de conservation de Manaslu en 1998, le circuit est passé sous la gestion du Fond National pour la Conservation de la Nature (National Trust for Nature Conservation – NTNC), qui œuvre pour préserver non seulement les ressources naturelles mais aussi le patrimoine culturel qui existe au Népal. Pour accéder dans la région, il faut qu’il y a un groupe d’au moins deux randonneurs, dont chacun doit obtenir son permis et ils doivent être accompagnés par un guide local enregistré. 

Le permis d’accès dans la zone de conservation du Manaslu coûte 2000 NPR, soit environ 20$US. Cet argent va directement au maintien de la région et au développement communautaire. 

En plus des frais de MCAP, le ministère de la Culture, du Tourisme et de l’Aviation civile exige un paiement de 50$US par semaine, avec un supplément de 7 $ US pour chaque jour additionnelle. De plus, si vous espérez voyager à travers ou autour de l’Annapurna, vous aurez besoin d’un permis supplémentaire qui coûte encore 2000 roupies népalaises (NPR). Le fait que ce soit plus coûteux que d’autres randonnées fait qu’il y a moins de touristes ce qui offre une expérience beaucoup plus tranquille.

Accès dans la région et retour 

De Katmandou, vous pouvez prendre un bus local ou organiser un transport privé vers la ville d’Arughat. Le voyage dure de cinq à six heures, mais les retards sont inévitables. Le circuit se termine à Besisahar, d’où vous pouvez prendre un bus pour retourner à Katmandou ou à Pokhara.

Itineraire standard 

  • Jour 1: Arughat à Soti Khola, 5 heures, 800 mètres d’altitude
  • Jour 2: Soti Khola à Machha Khola, 5 heures, 1000 mètres d’altitude
  • Jour 3: Machha Khola à Jagat, 6 heures, max. 1400 mètres d’altitude
  • Jour 4: Jagat à Deng, 6 heures, 1860 mètres d’altitude
  • Jour 5: Deng à Namrung, 6 heures, 2600 mètres d’altitude
  • Jour 6: Namrung à Lho, 4 heures, 3100 mètres, ou à Shyala, 3500 mètres d’altitude
  • Jour 7: à Samagaon, 2 heures, 3500 mètres d’altitude
  • Jour 8: Journée de repos à Samagaon – excursion facultative au camp de base du Manaslu
  • Jour 9: Samagaon à Samdo, 4 heures, 3800 mètres d’altitude
  • Jour 10: Jour de repos à Samdo – excursion facultative à la frontière tibétaine
  • Jour 11: Samdo à Larkya Phedi (alias Dharamsala), 4 heures, 4460 mètres d’altitude (Notez que ce camp peut fermer en novembre. Si l’hébergement n’est pas disponible ici, un départ très tôt de Samdo et une longue journée de marche sont nécessaires pour atteindre Bimtang .)
  • Jour 12: Traversez Larkya La (5106 mètres d’altitude) pour atteindre Bimtang, 8 heures, 3700 mètres d’altitude
  • Jour 13: Bimtang à Tilje, 6 heures, 2100 mètres d’altitude
  • Jour 14: Tilje à Jagat, 6 heures, 1300 mètres d’altitude
  • Jour 15: Jeep de Jagat à Besisahar, puis transport vers Katmandou ou Pokhara

Vous pouvez, bien sûr, rajouter des jours de repos ou en supprimer, en fonction de votre disponibilité. Il est recommandé de prendre au moins une journée d’acclimatation à des altitudes élevées. Vous avez également la possibilité de diviser certains étapes, plus longues, en deux. Une excellente option est d’aller de Deng à Ghap, puis d’atteindre Namrung le lendemain. 

Route alternative

Pour passer un peu plus de temps dans les collines moyennes du Népal, vous pouvez commencer le trek depuis la ville de Barpak. La ville se remet encore du tremblement de terre de 2015. Du coup, vous pouvez voir les travaux de construction. Tout le village a été construit par le gouvernement dans l’espoir de relocaliser les villageois voisins. De Barpak, marchez un jour à Larpak puis un autre à Korlebesi, à quel point vous rencontrez la route officielle de Jagat.

Excursions supplémentaires

Vous pouvez ajouter des randonnées d’une journée à côté de l’itinéraire principal si vous voulez passer plus de temps dans les montagnes. En tournant à gauche, juste après Lihi, depuis la route principale, il y a une montée soutenue jusqu’au Hinang Gompa, un monastère et un petit hameau. De Lho, montez jusqu’à Pung Gyan Gompa à 4200 mètre, un monastère isolé. Samdo et Samagaon sont des endroits idéales pour une journée de repos supplémentaire ou des petites journées d’exploration. Si vous avez 7 jours de plus, combinez le Tour du Manaslu avec la magnifique Vallée de Tsum, pour une expérience inoubliable. 

Culture

Le Tour du Manaslu transpose les randonneurs au cœur de la culture tibétaine. Les femmes portent des pangdens et des chubas traditionnels. La viande de yack est séchée et mangée comme du saccadé. Le thé au beurre se trouve dans la plupart des maisons locales, ainsi que la tsampa, un plat traditionnel à base de farine. Le salut de Tashi Delek est entendu beaucoup plus fréquemment que Namaste . La religion la plus répandue est le bouddhisme tibétain. Chaque village a au moins un monastère, et des murs de mani parsèment le bord du sentier. Assurez-vous de toujours passer ces structures dans le sens horaire. Lorsque le sentier bifurque, le plus souvent il est mieux de choisir le chemin qui part à gauche, car cela est probablement dû à la présence d’un mur de mani.

Vues 

On ne manque jamais de vues en parcourant le Tour du Manaslu. D’abord la vue sur le massif, le Manaslu, change tout le temps. De Lho, il se dresse bien en évidence, les deux pics distincts et dominants. De Samdo, il domine toujours mais est entouré de pics tout aussi magnifiques, se transformant en un seul sommet triangulaire. Tout au long du voyage, vous verrez également Ganesh Himal et, vers la fin, des aperçus de la chaîne de l’Annapurna. 

Vous aurez les meilleurs panoramas du col de Larkya La. De Larkya Phedi, vous montez environ 800 mètres pour atteindre le point culminant du circuit, au 5160 mètres, tout en étant entouré de sommets enneigés. Vers l’est, on voit Samdo et Larkya Peaks, dont le premier est à la frontière avec le Tibet. À l’ouest, on aperçoit Himlung et Cheo Himal, les deux supérieurs à 6000 mètres. Au sommet, les drapeaux de prière colorés sont les accents de couleur parfaits au paysage autrement totalement blanc.

Faune 

Malgré l’altitude, une pléthore d’animaux peut être trouvée le long du sentier du Tour du Manaslu. Le mouton bleu, également connu sous le nom de bharal, aime le terrain rocheux au-dessus de 3500 mètres. Ni bleu ni mouton, gardez les yeux ouverts pour ce qui est mieux décrit comme un bélier de couleur grisâtre. Le tahr de l’Himalaya paît également à flanc de montagne. Presque en danger, leur population a considérablement diminué en raison de la perte d’habitat et de la chasse. Les petits animaux comme le pika font également de l’Himalaya leur maison. Comparables à une grosse souris, ils se précipitent à travers et se cachent parmi les rochers, aux côtés de la marmotte commune. Les léopards de neige s’avèrent les plus insaisissables de la faune, se mêlant si parfaitement dans leur environnement que les rencontres sont exceptionnellement rares.

Où se loger

Depuis son ouverture aux randonneurs dans les années ‘90, de plus en plus des lodges ont été construites, ce qui rend le trek complètement réalisable tout en restant dans des maisons de thé, sans besoin de camper. Vous pouvez compter sur un lit, des repas et une forme de douche, que ce soit via un seau ou à l’énergie solaire. Mais attendez-vous à un hébergement assez basique. Soyez un peu conscient de ce que vous commandez pour le petit déjeuner ou le dîner. Pour être plus sûr, respectez ce que les habitants mangent le plus souvent: les plats de riz et de nouilles. En octobre, heure de pointe du sommet du Manaslu, il vaut mieux faire des réservations. Vous allez trouver beaucoup plus des options pour dormir et se nourrir que dans la vallée de Khumbu ou celle d’Annapurna, puisque le Tour du Manaslu est moins fréquenté. 

Vous pouvez également choisir de camper, bien que ce soit plus difficile sur le plan logistique. Non seulement vous devrez apporter du matériel de camping et de cuisine, mais vous devez savoir où planter votre tente chaque nuit. Traditionnellement, vous payez le local sur le terrain sur lequel vous campez, ce qui peut être difficile à discerner si vous ne connaissez pas bien la région ou le village, il est donc bon d’y aller avec un guide. Dormir dans l’arrière-cour des maisons de thé est également une option.

Quand il est mieux d’y aller

Les meilleurs mois de l’année pour faire le Tour du Manaslu sont de septembre à novembre et de mars à mai. Les hivers rudes découragent les alpinistes d’y aller de décembre à février, tandis que les moussons dissuadent les voyageurs d’y aller de juin à août. Si vous faites du trekking en novembre et mars, vous risquez toujours d’avoir des températures très basses, et mai et septembre peuvent avoir des pluies persistantes. Mais dans l’ensemble, le printemps et l’automne sont idéaux pour explorer la région de Manaslu au Népal.

  • Leave a reply

  • Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *