• hébergement
  • 16 juin, 2020

Une famille d’accueil au Népal a changé ma vie

Une famille d’accueil au Népal a changé ma vie
View from the Community Homestay at Patlekhet. Photo: Elen Turner

Tout au début je suis venue au Népal pour faire le trek au camp de base de l’Everest . Je voulais visiter un endroit dont j’avais entendu parler quand j’étais enfant et que je connaissais par les livres. Je ne connaissais pas autre chose sur le Népal et je me suis inscrit pour une mission de bénévole à la fin du trek. J’ai été placée dans une maison avec une famille népalaise locale.

Cette famille d’accueil a changé le cours de ma vie. Voici quelques conseils pour profiter au plus d’un séjour chez l’habitant au Népal. On ne sait jamais, cela pourrait peut-être aussi changer votre vie.

Être ouvert

C’est avec cette famille que j’ai appris certaines des nuances subtiles de la culture népalaise. Bien que mon Amma népalaise, comme je l’appelais, parlait peu d’anglais, nous communiquions par le biais de la nourriture, par les gestes et les regards significatifs. Mon anglais a été lentement remplacé par des mots népalais alors que je commençais à trouver du réconfort dans ma nouvelle maison. Mon téléphone sonnait chaque soir au crépuscule, « Bhat nakhanne? » Demandait Amma. Tu ne rentres pas à la maison pour le dîner?

Parfois, nous nous réunissions autour d’une petite table en bois. D’autres fois, nous entassions dans le salon et mangions par terre. Les repas étaient toujours préparés à la main, le sifflement de l’autocuiseur comptant les minutes jusqu’à ce que le dal bhat soit servi. Ma sœur népalaise plaisantait en disant que nous pouvions juger l’état d’esprit d’Amma en fonction de combien il était épicé le curry ce soir-là.

A Homestay in Nepal Changed My Life

Photo: a vie rurale à Patlekhet. Photo: Elen Turner

Être flexible

Le matin, du thé avec du sucre – en abondance – était servi avec des biscuits ou des crêpes maison avec du miel cireux du village. Très souvent, plusieurs générations entraient dans notre salon et les nuits où le nombre d’invités était supérieur au nombre de lits, nous dormions côte à côte sur la moquette décolorée.

L’ameublement de la maison n’avait rien à voir avec moi. J’ai appris à braver des douches glaciales et à laver mes vêtements dans un seau en plastique à l’intérieur de la salle de bain. Il m’a fallu un certain temps pour m’habituer aux toilettes accroupies. Le courant scintillait de temps en temps le soir et, quand l’électricité finissait par se couper, nous allions chercher des bougies pour allumer.

Être patient

Dans notre voisinage serré, les yeux semblaient me suivre partout. Les gens me regardaient toujours, comme je suis étrangère, et posent une série de questions dans un ordre prévisible: De quel pays? Bénévole? Pour combien de temps? Mariée? Pourquoi pas? Parfois, je voulais juste me fondre, ne pas être considéré comme une étrangère à peau blanche. Peu à peu, j’ai accepté qu’il y a des différences qui sont toujours là. Même les jours frustrants ont rajouté à mon expérience.

Lorsque le mari d’Amma était absent pour le travail, elle savourait son thé avec les poulets. Lorsque son téléphone portable sonnait, elle se précipitait à l’intérieur pour y répondre et le posait après la fin de l’appel pour continuer sa journée. Parfois, je regardais Amma faire une pause avant de réprimander son fils pour avoir demandé plus de viande. D’autres fois, elle répondait pensivement quand je lui demandais certaines des injustices que j’avais vues ce jour-là. Assis autour de la table nuit après nuit avec du riz, j’ai pu constater de visu que toutes les familles ne sont pas parfaites et j’ai été inspiré à être un peu plus gentille avec moi-même.

A Homestay in Nepal Changed My Life

Rues tranquilles de Patlekhet. Photo: Elen Turner

Être curieux

Vivre avec une famille népalaise m’a également montré que de nombreuses décisions sont universelles: contracter des emprunts pour rembourser une dette ou payer pour l’école, choisir un travail, choisir un partenaire de vie. J’ai regardé les jeunes adultes pleinement comprendre le poids qui pèse sur les épaules de leurs parents et l’acceptation qu’un jour, le tour des enfants viendra pour s’occuper de leurs propres parents.

La plupart des matins, Amma était debout devant nous, balayant le porche extérieur ou épluchant des pommes de terre dans un bol en métal. Malgré les difficultés financières, les grèves ou les pénuries d’essence, Amma semblait prendre chaque jour à son rythme. Certains jours, elle était en pleine forme, s’activant du toit au jardin, suspendant des vêtements pour sécher ou fouillant autour de sa petite parcelle de légumes à l’arrière. D’autres jours, je la trouvais effondrée d’épuisement, attendant le retour de l’électricité pour pouvoir allumer la pompe à eau.

Quoi qu’il arrive, cependant, nous partagions toujours du riz le soir.

Être reconnaissant

Ma famille d’accueil n’était pas seulement un endroit pour dormir. Avec le temps, leur maison est devenue ma maison, leur famille la mienne. L’engagement quotidien d’Amma était un simple rappel pour moi de toujours faire de mon mieux et d’aider ceux qui m’entouraient.

Si je n’avais pas vécu avec cette famille, je n’aurais jamais pu comprendre certaines des liens qui tissent la société népalaise: castes, mariages, familles, amis, allégeances, même partis politiques. J’ai réalisé que de nombreuses situations sont hors de notre contrôle et que la vie ne joue généralement pas selon un ensemble de règles particulières (ou justes).

Pendant les saisons du festival, ma sœur népalaise et moi on faisait des couvertures et on regardaient les enfants du quartier danser et dessiner avec du sable coloré. Nous rentrions à la maison ensemble quand on nous appelait. Amma nous attendait toujours avec une tasse de thé chaud.

  • Leave a reply

  • Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *